radiotamtam.org/ads.txt. google.com, google.com,google.com, pub-3931649406349689, DIRECT, f08c47fec0942fa0/ ===

Top 10 des nouvelles histoires de l’Afrique d’aujourd’hu Afrique 2050 01 décembre 2023

01 décembre 2023 à 17h53 - 386 vues

Par RadioTamTam

La #COP28 démarre avec les États africains cherchant à être des acteurs égaux dans les négociations

Alors que la 28e édition de la Conférence des Parties (COP), le plus important sommet mondial sur le climat, débute le 30 novembre aux Émirats arabes unis, l'Afrique est aux prises avec certains des impacts les plus meurtriers du réchauffement de la planète. La Corne de l'Afrique, qui a souffert d'une sécheresse au début de l'année, est désormais aux prises avec des inondations. De la Somalie au Kenya, les conditions météorologiques extrêmes entraînent des déplacements massifs. Le Groupe africain des négociateurs (AGN), actuellement présidé par la Zambie, parlera au nom du continent lors des négociations de la COP28 à Dubaï. Les pays africains, dont beaucoup sont des économies en développement à revenu faible ou intermédiaire, négocient des opportunités pour accélérer leur production de combustibles fossiles afin de leur permettre de s’industrialiser, avant de réinvestir ces gains dans des sources d’énergie verte. L’argument est que, puisque les pays développés sont devenus ainsi en brûlant des fossiles pour construire des usines et créer de la richesse générationnelle, les pays africains doivent eux aussi avoir la chance d’accélérer leur propre développement et de fournir de l’énergie aux millions de personnes qui en manquent sur le continent, en utilisant ces mêmes combustibles. , notamment le gaz, considéré comme moins polluant par certains.


SOURCE : AL JAZEERA

La Cour de la CEDEAO se prononcera sur la détention de l'ancien président du Niger

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest devrait rendre une décision sur une plainte déposée par les avocats de l'ancien président nigérien Mohamed Bazoum suite à son éviction lors du coup d'État de juillet. Depuis son renversement, Bazoum est détenu dans sa résidence au cœur du palais présidentiel à Niamey, la capitale du Niger. La plainte portée devant la Cour de justice de la CEDEAO par les avocats de Bazoom porte sur ce qu'ils appellent « la séquestration et la détention arbitraire ». Le 1er novembre, le procureur de la République près la cour d'appel de Niamey a confirmé qu'il y avait eu une tentative d'évasion du président Mohamed Bazoum le 18 octobre. Sans donner de précisions. La Cour de justice de la CEDEAO avait examiné le 21 novembre la plainte du Niger contre l'organisation régionale, qui avait imposé des sanctions à la suite du coup d'Etat.


SOURCE : ACTUALITÉS AFRIQUE

La première personne à être condamnée pour les troubles de 2021 en Afrique du Sud


Un tribunal sud-africain a condamné un ancien agent de sécurité à 12 ans de prison pour avoir fomenté des émeutes meurtrières en soutien à l'ex-président Jacob Zuma. Zuma, qui n’a aucun lien de parenté avec l’ancien président, a partagé une vidéo incitant les gens à piller et à incendier un centre commercial. Plus de 200 centres commerciaux ont été pillés et plus de 150 000 emplois auraient été perdus au cours des troubles, qui ont duré plusieurs jours. Mdumiseni Zuma travaillait comme agent de sécurité dans un centre commercial de la ville de Pietermaritzburg, dans le KwaZulu-Natal, lorsque les émeutes ont eu lieu. Au moins 350 personnes sont mortes dans les troubles, les pires qui aient frappé l'Afrique du Sud depuis la fin de l'apartheid en 1994. Certains partisans de l'ex-président étaient furieux qu'il ait été emprisonné pour outrage après avoir refusé de coopérer à une enquête sur une corruption généralisée au cours de l'année. son temps au pouvoir.

SOURCE :  BBC

L'artiste Afrobeats admet avoir commis des cybercrimes


Un ressortissant anglo-nigérian a plaidé coupable à New York pour son implication dans un stratagème de plus de sept ans visant à pirater les serveurs informatiques de banques et de maisons de courtage, causant plus de 6 millions de dollars de pertes pour les clients. Idris Dayo Mustapha, 33 ans, a plaidé coupable de fraude liée à l'accès aux appareils, de complot en vue de commettre une intrusion informatique et une fraude en matière de valeurs mobilières, et de complot en vue de commettre une fraude électronique lors d'une audience devant un juge de district américain. Le natif de Lagos risque jusqu'à 20 ans de prison, il avait été arrêté au Royaume-Uni en août 2021, et extradé vers les États-Unis en août. Mustapha et ses complices auraient eu recours au phishing et à d'autres moyens pour obtenir des noms d'utilisateur et des mots de passe et accéder à des comptes en ligne de janvier 2011 à mars 2018. Mustapha et ses co-conspirateurs ont également développé des relations amoureuses en ligne en utilisant les pseudonymes « Melanie Saunders » et « Tracy Ben ». afin de mettre en place des comptes dits « drop ». Après avoir gagné leur confiance, ils convainquaient leurs cibles involontaires de déposer des chèques et de transférer de l’argent en leur nom.

SOURCE : REUTERS

Un ancien enfant réfugié de Somalie nommé lauréat 2023 du prestigieux prix du HCR


Abdullahi Mire, 36 ans, a été reconnu pour avoir apporté 100 000 livres à ses compatriotes croupissant dans les camps tentaculaires du Kenya. "L'année dernière, en 2022, Angela Merkel, ancienne chancelière fédérale allemande, a remporté le prix et est aujourd'hui une jeune réfugiée de Dadaab. Il n'y a pas de limites", a déclaré Mire à VOA Somalie. S'exprimant avant l'annonce du prix, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a honoré Mire avec une déclaration le qualifiant de « preuve vivante que des idées transformatrices peuvent surgir au sein des communautés déplacées ». « Il a fait preuve d'une grande ingéniosité et d'une grande ténacité pour renforcer la qualité de l'éducation des réfugiés », a déclaré Grandi. De la guerre au camp de réfugiés et aux récompenses Mire est né dans le sud de la Somalie en 1987 et vivait à Dadaab dans les années 1990 lorsque sa famille a fui Qoryooley, dans la région du Bas Shabelle, en raison de la guerre civile en Somalie.

SOURCE : HCR

L’Afrique du Sud parie sur le déploiement de 3 000 soldats pour écraser les gangs miniers illégaux


L’armée est censée démanteler les syndicats du crime connectés qui, selon une nouvelle étude de la Banque mondiale, coûtent à l’économie au moins 10 % du produit intérieur brut chaque année. Les mineurs illégaux connus localement sous le nom de zama zamas – un terme isiZulu traduit vaguement par « tenter sa chance » – opèrent dans des mines désaffectées et actives à travers l’Afrique du Sud. La criminalité liée à l’exploitation minière illégale se répercute parfois sur les communautés locales. Parmi les incidents très médiatisés figurent les viols collectifs présumés de femmes commis l'année dernière par Zama Zamas et une explosion de gaz dans une mine désaffectée à Welkom en mai de cette année, qui a tué 31 mineurs illégaux. Le président Cyril Ramaphosa, annonçant le recours aux troupes plus tôt ce mois-ci, a déclaré que le déploiement de la Force de défense nationale sud-africaine (SANDF) durerait jusqu'au 28 avril dans le cadre d'un effort plus large visant à lutter contre les crimes de « sabotage économique ». Le président a déclaré que l'exploitation minière illégale était liée à des infractions graves, notamment le blanchiment d'argent, la traite des êtres humains et le crime organisé.

SOURCE : SEMAFOR

Le Royaume-Uni et le Rwanda restent attachés à leur accord controversé sur l’expulsion des migrants

Des sources à Whitehall ont déclaré qu'elles savaient que les responsables rwandais étaient heureux de poursuivre les négociations, mais qu'elles s'inquiétaient du fait que le gouvernement de Paul Kagame ait été « démenti » par la décision de la Cour suprême. Il est entendu que les responsables rwandais en ont assez d’entendre que la seule manière de rendre les choses équitables et professionnelles est d’exclure les Rwandais du processus décisionnel. Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement rwandais, a déclaré : « Le Rwanda est un pays sûr et accueillant pour les demandeurs d'asile et les migrants, et les critiques adressées à notre pays sont injustifiées. Néanmoins, nous nous engageons à offrir à ceux qui recherchent sécurité et opportunités un foyer au Rwanda. C'est pourquoi nous travaillons activement avec le gouvernement britannique pour transformer le MOU (protocole d'accord) en un traité visant à renforcer les garanties déjà existantes sur les questions préoccupantes.»


SOURCE : LE GARDIEN

Les femmes de Khartoum font entendre leur voix pendant 16 jours d'activisme contre la VBG


Des femmes soudanaises de divers horizons se sont récemment réunies à Nairobi pour discuter de la guerre brutale qui a ravagé leur pays au cours des sept derniers mois. Sans fin en vue, ils ont le sentiment que leurs voix ont été réduites au silence et aspirent à contribuer à la résolution du conflit qui a tué des milliers de personnes et déplacé des millions de personnes depuis le 15 avril.

SOURCE : VOA

Le look signature de Ruto est un faux pas de mode au Parlement du Kenya


Les membres du Parlement kenyan ont interdit de se présenter aux bureaux du gouvernement dans l'une des tenues les plus reconnues d'Afrique de l'Est, le costume Kaunda. Moses Wetangula, le président du parlement a noté que le costume n'était plus le bienvenu, aux côtés d'autres tenues traditionnelles. L'orateur a également souligné que le costume avait été interdit en raison de l'émergence de tendances de la mode qui constituaient une menace pour la tenue vestimentaire des parlementaires. « Un manteau, un col, une cravate, une chemise à manches longues, un pantalon long, des chaussettes, des chaussures ou un uniforme de service », constituait ce que Wetangula appelait un code vestimentaire approprié pour les hommes. « Pour les femmes d'affaires, formelles ou élégantes. les vêtements décontractés s’appliquent. Les jupes et les robes doivent être au-dessous des genoux et décentes. Les chemisiers sans manches sont interdits", a-t-il ajouté.

SOURCE :  INITIÉ À L'ENTREPRISE

[REGARDER] Faites une visite en réalité virtuelle avec la tribu la plus ancienne d'Afrique


En Namibie, le peuple San exploite la puissance de la réalité virtuelle pour concevoir en collaboration une expérience qui ressemble à un jeu vidéo mais qui sert à préserver sa culture mourante.

SOURCE :  DW

Rejoignez notre communauté RadioTamTam, vous pouvez aider à soutenir notre journalisme indépendant. Contrairement à de nombreuses publications de la narration mondiale sur l'Afrique, nous n’avons pas ajouté de paywall à notre site Web ou à nos bulletins d’information. Tout est gratuit, car nous sommes engagés pour notre mère l'Afrique et nous vous invitons à visiter souvent notre site web pour un aperçu d’Afrique sur des événements d’actualité, des affaires, des arts et de la culture, des voyages, de la musique, de la mode, des sports, des événements et plus encore. Si vous le pouvez, veuillez soutenir RadioTamTam.org avec aussi peu que 2 €. Vraiment, cela signifie beaucoup pour nous, pour votre radio. Grâce à vous, notre modèle économique nous permet de nous débarrasser de toute influence politique et économique, tout en vous garantissant une information rigoureuse, indépendante et objective. Nous sommes reconnaissantes pour vos dons qui servent à couvrir les frais de fonctionnement de la RadioTamTam

Become a Patron!

Winter Magic à l'Hôtel Plopsa BF

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article