AFRIQUE2050 L’Égyptienne Nawal El Saadawi : inspirer les femmes du monde entier à rompre avec le patriarcat

07 avril 2021 à 23h03 - 595 vues

Nawal El Saadawi, militante, auteure féministe et médecin chez elle au Caire

Par RadioTamTam

L’Égyptienne Nawal El Saadawi était la plus grande penseur féministe arabe des 50 dernières années. Ses idées ont inspiré des générations de femmes arabes, mais ont également suscité la controverse et la critique.

Elle a été prolifique, publiant plus de 50 livres de fiction et de non-fiction en arabe, dont beaucoup ont été traduits et ont reçu une attention mondiale. En mettant l’accent sur le sexe, la politique et la religion, El Saadawi croyait que le patriarcat, le capitalisme et l’impérialisme sont des systèmes entrelacés qui oppriment les femmes arabes et les empêchent d’atteindre leur plein potentiel.

La trajectoire de la vie intellectuelle d’El Saadawi suit les développements majeurs de la société et de la culture arabes des années 1940 à nos jours. Pour comprendre sa contribution, il est important de la voir dans le contexte du moment historique qui a rendu son travail possible, nécessaire et provocateur.

Né dans le changement

Né en 1931 dans le village de Kafr Tahla, près du Caire, dans une famille de la classe moyenne, El Saadawi était le deuxième d’une famille de neuf enfants. Elle est arrivée à l’âge adulte à l’aube de changements clés tels que la campagne pour l’éducation des filles lancée par une génération antérieure d’activistes. Elle a, en effet, fréquenté une école créée par Nabawyya Mousa, une militante pour l’éducation des femmes.

Soutenu par un père qui croyait en l’importance de l’éducation pour la mobilité sociale, El Saadawi fréquenta la British School. Son excellence académique lui a permis d’échapper au mariage précoce et de recevoir une bourse pour étudier la médecine à l’Université du Caire. Elle est diplômée en 1955 avec une spécialisation en psychiatrie.

À l’université, elle a été exposée à la politique nationaliste et anticolonialiste. Elle a participé à des manifestations étudiantes contre les Britanniques et a épousé un autre militant. Ils avaient une fille mais ont divorcé. Son deuxième mariage s’est terminé par un divorce après que son mari lui a suggéré d’arrêter d’écrire. Son troisième mariage, avec Sherif Hetata, romancier et ancien prisonnier politique, a duré plus de 40 ans, mais s’est également terminé par un divorce. Ils ont eu un fils.

Après ses études de médecine, El Saadawi retourne dans son village. Travailler comme médecin de campagne l’a exposée aux inégalités de classe et de genre qui ont façonné sa pensée. Elle a été témoin de première main des conséquences néfastes de pratiques patriarcales bien ancrées telles que l’excision génitale féminine et la défloration infligées aux corps des femmes pauvres du village, détaillant certaines de ses expériences dans Mémoires d’une femme médecin (1958).

Voyages à travers le monde

En 1963, elle a été nommée directrice générale de l’éducation à la santé publique et a pu se rendre à des forums et des conférences internationaux. Ces voyages, documentés dans Mes voyages autour du monde (1991), lui ont donné son point de vue sur les luttes des autres femmes. Elle a toujours affirmé que le patriarcat est un système universel d’oppression, non seulement limité aux sociétés arabes ou musulmanes.

Ainsi, alors qu’elle n’hésitait pas à appeler l’excision génitale féminine « barbare », elle a également résisté à sa sensationnalisme en Occident comme une marque de différence entre les femmes du premier monde et du tiers-monde. Elle a insisté sur le fait que toutes les femmes sont circoncis si ce n’est physiquement, puis « psychologiquement et éducativement ». Elle a rejeté l’idée que les femmes occidentales sont nécessaires pour aider à libérer leurs sœurs arabes ou africaines.

Mais c’est la guerre des Six Jours de 1967 qui pousse El Saadawi à une position publique plus radicale en matière de genre. Cette défaite militaire arabe écrasante par Israël a créé une crise pour les intellectuels arabes en général, les obligeant à jeter un regard chirurgical sur leurs sociétés.

Manifestes féministes

El Saadawi a estimé que le patriarcat et les inégalités entre les sexes sont les causes profondes du défaitisme arabe. Elle s’est fait connaître dans les années 1970 avec une série de manifestes féministes qui l’ont mise sur la carte. Women and Sex (1971) a été le premier. Elle y condamne les violences commises contre le corps des femmes, y compris les tests de virginité, les crimes d’honneur, la défloration nocturne et les mutilations génitales.

Elle atransposé l’ignorance et les deux poids, deux mesures de sa société à l’égard du corps et de la sexualité des femmes. Son premier chapitre, par exemple, était axé sur le clitoris et son importance pour le plaisir sexuel des femmes. Elle a soutenu que les mariages d’exploitation ne sont pas différents de la prostitution.

En utilisant ses connaissances médicales, elle a fait valoir que les différences entre les sexes ne sont pas naturelles, mais socialement construites par des pratiques patriarcales – et peuvent donc être modifiées par la législation et l’éducation. Toutefois, elle a insisté sur le fait que la justice de genre ne sera pas possible dans une société capitaliste. Peu après sa publication, elle perd son emploi et le magazine qu’elle a fondé est fermé.

Mais l’accueil positif de son travail auprès du public l’a encouragée à écrire d’autres polémiques dont The Female is the Origin (1974), Woman and Psychological Struggle (1976), Man and Sex (1976) et The Hidden Face of Eve (1977). Combinant anecdotes de patients, biographie, recherche médicale et sociale et polémique contre l’injustice entre les sexes, elle s’est entretenue avec l’autorité d’un médecin, la connaissance d’un intellectuel et la passion d’une femme blessée.

Le pouvoir de la fiction

El Saadawi se considérait d’abord et avant tout comme une romancière, utilisant la fiction pour exprimer bon nombre de ses idées sur le sexe et la société. Son premier roman à attirer l’attention, par exemple, est Woman at Point Zero (1983). Son personnage principal, firdaus de la classe ouvrière, subit l’exploitation sexuelle et l’agression et est finalement exécuté par l’État pour avoir tué son proxénète.

Bien qu’elle ait apporté une contribution significative au roman féministe arabe, la fiction d’El Saadawi a été accueillie avec moins d’enthousiasme que son autre œuvre, critiquée pour être répétitive et ses personnages féminins rejetés comme unidimensionnels.

Réaction religieuse

Mais la créativité de la fiction a permis un espace pour critiquer un autre tabou dans la société arabe – la religion. Ses œuvres ultérieures ont été écrites en réponse à une réaction religieuse qui avait pris le dessus sur la vie publique en Égypte et au-delà.

Dans La Chute de l’Imam (1987), par exemple, elle condamne le régime patriarcal du président Anwar el-Sadate pour avoir utilisé l’autorité de la religion pour renforcer la légitimité politique et marginaliser les dissidents. Le roman a été interdit par Al Azhar, la plus haute autorité religieuse d’Égypte. En elle et Dieu meurt par le Nil (1985), l’héroïne el Saadawian tue les figures de l’autorité masculine qui utilisent la religion pour les opprimer.

Dans L’Innocence du diable (1994), El Saadawi va plus loin : elle fait de Dieu et du Diable des personnages dans un asile mental et inculpe directement l’islam et le christianisme comme oppressifs des femmes. Sa critique de la religion a fait d’elle une cible facile pour les fondamentalistes en Égypte. Son hostilité à l’islam politique s’enracine dans l’expérience personnelle de la censure et des menaces de mort.

Ses critiques ont également aliéné deux autres types de lecteurs : les musulmans auto-identifiés et les universitaires occidentaux libéraux. Comme la religion jouait un rôle plus important dans la vie publique en Égypte, beaucoup ont trouvé ses opinions trop radicales.

Pour sa dissidence, elle en a payé le prix. En 1981, elle a été jetée en prison par le régime Sadate avec un millier d’autres intellectuels. Là, elle a écrit Mémoires de la prison pour femmes (1986) à l’aide d’un crayon à yeux introduit clandestinement à elle par une travailleuse du sexe sur du papier toilette qui lui a été donné par un meurtrier.

Après sa libération, elle a formé l’Association de solidarité des femmes arabes. Il a été fermé par le gouvernement d’Hosni Moubarak en 1991. Inébranlable, elle s’est portée contre Moubarak lors des élections présidentielles de 2004. Lors du soulèvement de 2011 qui a destitué Moubarak, El Saadawi, 80 ans, a organisé des séminaires sous des tentes sur la place Tahrir pour radicaliser une nouvelle génération.

Cet article est basé sur le chapitre d’Amireh dans le livre Fifty-One Key Feminist Thinkers (Routledge).The Conversation

Amal Amireh, Professeur agrégé, George Mason University

Cet article est réédité de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Faites un don aujourd’hui pour soutenir le journalisme indépendant. RadioTamTam est une station de radio de musique, Country, Française et du monde en ligne et s’appuie sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir l’excellente de la musique country, Rap, pop et du monde que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettrons d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions de travail. Votre don va financer notre mission. Vous pouvez faire votre don à notre station maintenant. Vous pouvez nous apporter votre soutien aujourd'hui. Pour toute personne souhaitant figurer sur la liste des lève-tôt, veuillez envoyer un e-mail à contact@radiotamtam.info

Et merci d'avoir lu. 

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article