AFRIQUE2050 GABON Mékambo : L’effondrement du gouvernement émergent du régime Bongoïste

07 juin 2021 à 22h41 - 431 vues

Par Félicité VINCENT

Le régime putschiste de Libreville, la seule réponse qu’il sait faire c’est la maltraitance des populations civile, par l’envoi des convois militaires pour réprimer les revendications légitimes des populations locales qui sont victimes ; de la destruction de leurs champs, des cultures vivrières par les éléphants hystériques. Le régime putschiste a envoyé une délégation à Mékambo, ce déplacement dans le département de la Zadié manque de substance efficiente, d’une méthodologie avec les parties prenantes

Nonobstant, les envoyés du régime ne savent pas ce qu’on appelle la négociation qui est une compétence essentielle pour tous les responsables, autant publics que privés.

Les tensions dans la relation surviennent à la mort d’un éco-garde Monsieur Jean-François Ndong Aubame, qui a été abattu par un gendarme en accusant un conseiller pédagogique. Le régime putschiste protège le militaire qui a commis un crime, selon nos sources les gendarmes sont descendus au domicile de l’éco-garde pour la saisie des armes et les défenses d’éléphants. Les populations de Mékambo ont exprimé leur mécontentement le 24 et 25 mai 2021, face au saccage  de leurs biens, leurs champs par des troupeaux de pachydermes.

L’arrivé à Mékambo de la délégation envoyée par le régime est un échec cuisant de l’effondrement du régime, car il n’y a pas eu de table ronde avec les parties prenantes pour évaluer à la lumières des justifications des populations victimes, comment imaginer les solutions négociables à la table ? Où est l’écoute et parole actives qui tissent la trame de la conversation ?  L’effondrement du régime, c’est la parole du bluff ou le mensonge ! Le régime adosse les arguments aux faits imaginaires ou faux. Sur le plan éthique d’abord, ces comportements du régime gabonais gênent tout individu par sa conscience.

L’effondrement de l’échec des négociateurs du régime est d’abord la composition des membres. Où sont les personnalités politiques qui représentent le département de la Zadié ? Il y a  Madame Prisca Koho Lend, la députée de Mékambo, où est le ministre d’Etat Alain Claude Billié-Bi-Nze ? La députée de Makokou, devait mettre à l’écoute active avec bienveillance, toute son attention doit être dirigée envers les populations. Ces populations attendent des réponses concrètes face au conflit « homme/faune », les populations de la Zadié souhaitent rétablir la connexion après la tentative qui a échoué, face à un régime manioc incompétent.

Le régime en utilisant la force, la violence, la brutalité, sans oublier les pachydermes hystériques, les morts d’hommes, sans oublier que les mêmes populations prennent la fuite en forêt devenu hostile face à une prolifération des animaux sauvages. C’est ainsi, le collectif des ressortissants de Mekambo qui réside à Libreville dénonce les abus de pouvoir du régime, en envoyant des convois militaires, ces agents des forces de l’ordre et de sécurité, pillent les maisons, les casses les maisons et les arrestations arbitraires sans mandat d’amener.

Face à toutes ces difficultés que les populations rencontrent, le régime et ses mandataires restent sourd à la détresse des habitants de Mekambo, qui vivent en zone rurale sans eau, ni électricité et se nourrissent de la cueillette et de la chasse. Leur modèle économie en agriculture est sous-brulis en saison sèche.  

L’immense majorité des populations gabonaise est rurale répartis sur  3 500 villages, la majorité est cultivatrice, c’est leurs seules sources de revenus de subsistance, les cultures vivrières et la pêche.

Les multinationales étrangères qui exploitent illégalement des ressources forestières du Gabon, surtout la surexploitation de manière exponentielle des essences précieux, l’exploitation minière de manière sauvage, la destruction de l’environnement, des écosystèmes ou vivent des éléphants, ces pachydermes fuient la forêt, par les bruits des tronçonneuses par l’abattage d’arbres. Les pachydermes viennent en troupeaux vers les habitations, cassent les cases modestes en bois et en tôles ondulés, endommagent les plantations environnantes à la lisière des villages. Les vaillants cultivateurs cultivent à la houe, à la pioche, car l’agriculture gabonaise n’est pas mécanisée. C’est une agriculture de subsistance, ces paysans ne bénéficient d’aucune aide du régime.

Le régime incompétent, au lieu de trouver des solutions, avec les indemnisations des populations victimes de destructions de leurs plantations par les pachydermes. Les multinationales doivent Stopper la destruction de la forêt,  l’habitat de naturel des éléphants. Mettre des barrières électriques, selon nos informations, seuls 13 barrières électrique ont été construites sur 3 500 villages recensés.

Le régime prédateur n’a jamais indemnisé aucun village jusqu’à ce jour. Les bailleurs de fond, comme la banque mondiale a mis à la disposition du Gabon 9,5 millions de dollars. Le régime prédateur a inscrite dans la loi de finances 2020 pour la première fois dans le cadre de conflit homme/faune, une ligne budgétaire d’un milliard de FCFA. Au Gabon, pays des Bongo, entre les inscriptions budgétaires et l’exécution, il y a toujours un bluff et mensonge. Le régime prédateur se doit de justifier l’utilisation les fonds mis à sa disposition par la Banque mondiale pour le fond pour la protection de l’environnement.

Jessye Ella Ekogha, le perroquet conseiller et porte-parole  du Palais du bord de mer a déclaré le 31 mai 2021 lors de sa conférence de presse que « Le chef de l’Etat comprend la colère des populations. »

Alors, que fait son ministre de l’environnement pour trouver les ressources de création de valeur de manière efficiente ?

Championnat Européen de Football EURO2020 50€ cashback sur l'achat d'un GPS Rider de TOMTOM pour votre moto

Faites un don aujourd’hui pour soutenir le journalisme indépendant. RadioTamTam est une station de radio de musique, Country, Française et du monde en ligne et s’appuie sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir l’excellente de la musique country, Rap, pop et du monde que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettrons d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions de travail. Votre don va financer notre mission. Vous pouvez faire votre don à notre station maintenant. Vous pouvez nous apporter votre soutien aujourd'hui. Pour toute personne souhaitant figurer sur la liste des lève-tôt, veuillez envoyer un e-mail à contact@radiotamtam.info

Et merci d'avoir lu.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Become a Patron!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article