radiotamtam.org/ads.txt. google.com, google.com,google.com, pub-3931649406349689, DIRECT, f08c47fec0942fa0/ ===

©Revue de presse actualités d’Afrique RadioTamTam AFRICA du 15 mars 2024 REVUE DE PRESSE 15 mars 2024

15 mars 2024 à 17h17 - 969 vues

Par Félicité VINCENT

Bonjour ! Bienvenue chez RADIOTAMTAM  AFRICA, Rencontrez l'une des premières femmes ingénieurs de forage du Nigeria. Mariam Ibrahim, l'une des rares femmes ingénieurs de forage dans le nord-est du Nigeria, a construit plus de 200 forages et compte en réparer 10 000 supplémentaires. Dans un domaine dominé par les hommes, elle remet en question les stéréotypes et souhaite inciter les femmes à rejoindre sa cause pour l'eau potable dans leur communauté.  Je suis heureuse de savoir que vous regardez mes vidéos avec beaucoup d’intérêt. Prenez quelques  minutes soutenez notre travail. Créer ensemble une communauté d’acteurs qui agissent ensemble pour relever les défis les plus urgents du journalisme indépendant

Voici ce que nous suivons aujourd’hui. Créée en 2017, RADIOTAMTAM AFRICA est une radio généraliste qui diffuse 24h/24h, sans interruption depuis 2017. Nous proposons un programme diversifié, riche et animée par des bénévoles, journalistes, animateurs, techniciens ou encore stagiaire. Faire progresser le pouvoir des faits, Remplissez ce formulaire et vous pourriez être dans une prochaine story. Bienvenue sur la chaîne Youtube de RADIOTAMTAM AFRICA, je suis Félicité VINCENT  FOUNDER CEO de RADIOTAMTAM AFRICA. Cela fait plus de 25 ans que je dirige un établissement médico-social, avant de me lancer dans le Journalisme web, en stratégique marketing digital et animation des communautés, bien que polyvalente, je suis lato-sensu et passionnée de toutes l'actualité africaines, française et géopolitique.

Vous aussi, participez à la démocratisation de l’information. Donnez un peu, changez beaucoup. RADIOTAMTAM AFRICA c’est la voix de toute une communauté. RADIOTAMTAM AFRICA participe à la démocratisation de l’information. Soutenez le journalisme indépendant, la découverte culturelle et le discours intelligent en soutenant le réseau RADIOTAMTAM AFRICA. Votre don alimente des reportages impartiaux, des perspectives diverses et des conversations perspicaces qui façonnent notre communauté, notre nation, notre monde. Rejoignez-nous pour favoriser un public plus informé en contribuant aujourd'hui et en garantissant un avenir où des informations fiables prospèrent.

Voici ce que nous suivons aujourd’hui un aperçu dynamique politique et sociales au Gabon : ©Revue de presse actualités d’Afrique RadioTamTam AFRICA du 15 mars 2024

La chaîne de télévision Gabon 1ère : une question se pose faut-il couper la tête d’Helmut Motchinga Boulingui ou  bien acclamer le retour de la censure d’État ?

Les téléspectateurs   de Gabon 1ère ont vécu la diffusion en rotation de forte audience tout le week-end dernier  une scène plutôt surréaliste et invraisemblable. Laurence Ndong  Ministre de la communication et des médias elle s’est livrée à un cours de journalisme face à des professionnels de l’information et de la communication - le directeur général de Gabon 1ère notamment - dont les états de service ne souffre d’aucune ambiguïté et contestation. C'est un grand commis de l’État qui a été lynché en public et livré à la vindicte populaire pour avoir fait son travail : le journalisme.

 Traitement de l’information

 Laurence Ndong  les accuse de crime de lèse majesté  en reprochant   à nos confrères d’avoir consacré de larges plages, au journal de 20 heures, à son ancien Parti démocratique gabonais (PDG), le   parti unique qui a régné sur le Gabon durant 56 ans avant sa chute suite au coup d’État du mercredi 30 août 2023.

Ce parti satanique honnie par les gabonais a fait l’actualité le week-end dernier. Par une manigance sataniquement orchestrée, ses cadres ont réussi un véritable tour de magie pour refaire surface comme au beau vieux temps.

Gabon 1ère et son DG, Helmut Motchinga Boulignui ont consacré trois sujets sur cette sortie du PDG marquée par la destitution d’Ali Bongo Ondimba de la direction du parti fondé par son père Omar Bongo Ondimba le 12 mars 1968 et même la radiation de Patience Dabany, ancienne épouse d’Omar Bongo Ondimba.

Aux yeux de l’ancienne opposante du Trocadéro en France, régente de l’espace audiovisuel public devenue, les journalistes de Gabon 1ère auraient manqué à leur sens du devoir professionnel déontologique.

Rien n’est plus faux, pour la simple et bonne raison que l’essentiel de l’actualité - politique notamment - de cette fin de semaine était à puiser du côté du quartier « Louis », siège du PDG où le silence et la léthargie commençaient à interroger pour une formation politique qui s’est confondue à l’État 56 ans durant.

Techniques de base du journalisme

Notre Dame Laurence Ndong  souhaite les critères de sélection, de traitement et de hiérarchisation de l’information, qui sont enseignés dans toutes les écoles de journalisme, voudraient que cette actualité soit montée en épingle.

C'est à dire que Gabon 1ère ne pouvait pas ne pas faire une place de choix à cette actualité du PDG qui figurait d’ailleurs sur toutes les manchettes de la presse et de l’audiovisuel dans l’espace francophone, avec pour références RFI, France 24 et TV5. Ces médias maestria de propagande  se sont donnés à cœur joie.

 Chasse aux sorcières

N'est-ce pas qu'au lendemain du « coup de la libération » du mercredi 30 août 2023, le Président de la transition le Général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguema a opportunément appelé les professionnels à faire un traitement de l’information en tout équilibre, neutralité et objectivité.

En tout cas la dernière sortie du ministre de la communication et des médias  ancienne PDGiste est aux antipodes de cette consigne et nous replonge vraisemblablement dans les années de plomb d’une presse ténue et épiée. Les anciens du métier se souviennent l’époque où  Zachary Myboto, tout puissant ministre de la Communication faisait irruption dans les salles de rédactions avec son Bic rouge de correcteur des journalistes.

On pouvait tout attendre de Laurence Ndong Ministre de la communication et des médias, mais pas cette symphonie mal accordée, loin des mélodies  du Trocadéro en France qui ont construit sa réputation en tant que défenseur de la liberté d’expression. Des libertés tout court deviennent la dictature du musèlement.

Simples questions à Laurence Ndong : La chasse aux sorcières est-elle finalement ouverte ? Faut-il donc craindre la guillotine pour n’avoir pas plu au palais du bord de mer ou à la patronne des médias ?

Unis dans la concorde et au-delà des frontières, c’est enfin notre essor vers la félicité. Je vous remercie.

Voici ce qu’il faut retenir sur l’actualité africaine ce vendredi 15 mars 2024.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DE L’OUEST SENEGAL  LE MONDE ECRIT : Au Sénégal, les opposants Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye libérés de prison à quelques jours de l’élection présidentielle. L’annonce de leur libération a provoqué des scènes de liesse et fait résonner le son des klaxons partout dans les rues de Dakar, la capitale sénégalaise. Ousmane Sonko, le principal opposant du pays, et Bassirou Diomaye Faye, son bras droit et candidat désigné pour le remplacer dans la course à la présidentielle prévue le 24 mars, ont quitté ensemble, jeudi 14 mars dans la soirée, la prison dakaroise du Cap Manuel. Les deux hommes étaient incarcérés pour plusieurs chefs d’inculpation, dont « appel à l’insurrection», respectivement depuis sept et onze mois. Les deux hommes sont les principaux bénéficiaires de la loi d’amnistie sur les faits se rapportant aux manifestations politiques qui ont secoué le Sénégal entre 2021 et 2024, au cours desquelles une soixantaine de personnes ont été tuées, selon Amnesty International. Votée le 6 mars par l’Assemblée nationale, elle a été ratifiée jeudi par le chef de l’Etat, Macky Sall, qui l’avait farouchement défendue malgré la controverse qu’elle suscitait, au sein même de son camp…Condamné pour diffamation et corruption de la jeunesse, avant d’être emprisonné en juillet 2023 pour appel à l’insurrection, Ousmane Sonko a été exclu des listes électorales et déclaré inéligible. Il a désigné son dauphin, Bassirou Diomaye Faye, à sa place.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE LE MONDE AVEC AFP ECRIT : Plusieurs pays africains privés d’Internet en raison de câbles sous-marins défectueux. D’importantes et inédites coupures d’Internet affectent depuis jeudi 14 mars au petit matin plusieurs pays africains en raison d’anomalies concernant plusieurs câbles sous-marins. En tout, c’est une douzaine de pays situés le long de l’Atlantique, de l’Afrique du Sud au Libéria, en passant par le Bénin, le Ghana ou le Nigéria, qui ont été touchés, selon l’entreprise Cloudflare, spécialisée dans les infrastructures de réseau, et Netblocks, une organisation qui documente les coupures d’Internet dans le monde. Les incidents ont débuté jeudi à 5 heures, heure locale (6 heures, heure de Paris), dans le sud du Sénégal, avant de se propager en début de matinée vers le sud, atteignant le Nigéria peu après 10 heures, selon Cloudflare. La gravité des coupures varie, certains pays ayant souffert de perturbations pendant seulement quelques minutes tandis que d’autres continuaient à être fortement affectés ce vendredi matin. Le pays le plus touché est la Côte d’Ivoire, où les deux plus grands opérateurs, Orange et MTN, sont très perturbés. Seul l’un des trois opérateurs du pays, Moov, fonctionne normalement. Les données de Cloudflare montraient que seulement 15 % à 20 % du trafic Internet habituel avaient été enregistrés jeudi dans le pays. La raison de la panne n’est pas connue.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DE L’EST SOMALIE LE MONDE AVEC AFP ECRIT : En Somalie, les Chabab qui ont attaqué un hôtel de Mogadiscio ont tous été tués. Des explosions et des coups de feu sporadiques ont retenti vendredi 15 mars au matin dans l’hôtel SYL, à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, plusieurs heures après une attaque de combattants chabab contre l’établissement situé près du palais présidentiel, a constaté un correspondant de l’Agence France-Presse (AFP). La police a annoncé la fin de l’attaque, en précisant que « tous les terroristes armés ont été tués et la situation est revenue à la normale, les forces de sécurité procèdent à des contrôles et à des enquêtes ». Abdirahim Yusuf, un officier de police, s’est exprimé près de treize heures après le début de l’attaque de l’hôtel. Il est situé à proximité de l’enceinte ultrasécurisée de la Villa Somalia, un complexe fortifié abritant la présidence somalienne et les bureaux du premier ministre. Le bilan de cet assaut n’est pas connu dans l’immédiat. Des témoins avaient dit avoir entendu des tirs nourris.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE CENTRALE RDCONGO LE MONDE AVEC AFP ECRIT : La République démocratique du Congo lève le moratoire sur la peine de mort. Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a décidé de reprendre les exécutions capitales, notamment contre les militaires coupables de trahison et les auteurs de « banditisme urbain entraînant mort d’homme ». Cette décision, notifiée dans une circulaire signée mercredi 13 mars par la ministre de la justice, Rose Mutombo, et authentifiée vendredi par l’Agence France-Presse (AFP), lève le moratoire sur l’exécution de la peine de mort daté de 2003, précise le texte. Elle a lieu peu après de nouvelles offensives des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), appuyés par des unités de l’armée rwandaise, dans la région de Goma (Est). Régulièrement prononcée, notamment dans des affaires impliquant des militaires ou des membres de groupes armés, la peine de mort n’était plus appliquée depuis la signature du moratoire décidé sous le régime du président Joseph Kabila (2001-2019). Les condamnations à mort étaient depuis lors systématiquement commuées en prison à perpétuité. Le mouvement citoyen congolais pro démocratie Lucha (Lutte pour le changement) a condamné vendredi cette décision, estimant qu’elle « ouvre un couloir à des exécutions sommaires dans ce pays où le fonctionnement défectueux de la justice est reconnu par tous, y compris le magistrat suprême lui-même », faisant référence aux critiques récentes du président Félix Tshisekedi envers le système judiciaire congolais.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DU NORD TUNISIE LE MONDE ECRIT : En Tunisie, un Parlement largement soumis au président Kaïs Saïed. Il y a un an, lors de l’instauration de la nouvelle Assemblée des représentants du peuple (ARP) en Tunisie, l’opposition avait fait part de ses inquiétudes : au lieu d’un contre-pouvoir, cet organe législatif avait tout l’air d’une chambre d’enregistrement à la solde du président Kaïs Saïed. Un premier bilan lui donne raison, alors que les députés se sont illustrés par leur absence de poids face à un exécutif tout-puissant. Le pouvoir législatif, considérablement affaibli par rapport aux mandatures précédentes, présente peu de marge de manœuvre et apparaît soumis en grande partie au président et au gouvernement. Réunis pour la première fois en séance plénière le 13 mars 2023, les députés ont été élus à l’issue d’un scrutin à deux tours qui avait été massivement boycotté par l’opposition. Ces élections ont enregistré un taux de participation historiquement bas, à peine au-dessus de 11 %. Les représentants du peuple sont les premiers à siéger conformément à la nouvelle Constitution, adoptée un an plus tôt. Le texte limite leur pouvoir et augmente celui du président de la République. Il prévoit que le chef de l’Etat peut dissoudre l’ARP et lui octroie le droit de gouverner par décret et de s’arroger les pleins pouvoirs sans limite dans le temps. Dans ce cadre limité, peu de travail a été effectué en amont par les députés. Sur une centaine de textes de loi déposés, seuls 34 ont été adoptés, tous émanant de l’exécutif. Parmi ces projets, une grande partie concerne la validation formelle d’accords de prêts ou de conventions déjà conclus par l’exécutif.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE CENTRALE TCHAD VOA ECRIT : Fort du soutien de Paris, le Tchad résiste aux appels du pied de Moscou. Au Tchad, auquel la France vient de réitérer son soutien et sa volonté de maintenir ses soldats, la visite en janvier à Moscou du chef de la junte est désormais considérée comme un bluff plutôt qu’une menace de rapprochement avec la Russie. D’autant que le général Mahamat Idriss Déby Itno, candidat à la présidentielle dans moins de deux mois après avoir durement réprimé toute opposition, n’a que peu d’intérêt à se passer du soutien militaire occidental pour l’heure, selon des experts. Car, dans un Sahel ex-sphère d’influence de Paris mais dont l’armée s’est fait expulser au profit de la Russie, le Tchad, encerclé par des pays faisant la part belle à Wagner (Centrafrique, Soudan, Libye, Niger), reste le dernier à abriter des soldats français. Environ un millier, même si la France a annoncé une baisse de l’effectif, comme partout où elle entretient encore des troupes en Afrique…A N’Djamena, contrairement à Bangui, Bamako, Ouagadougou et Niamey, le drapeau russe ne fait pas florès et les posts anti-français des usines à trolls liées à Wagner sont quasi-absents des réseaux sociaux. Seul un minibus arpente la capitale, un elliptique « Wagneur Putine Afrique » (sic) collé à la lunette arrière…Le Tchad « est aussi l’un des derniers régimes brutaux avec lequel la France a maintenu un partenariat militaire fort, sans doute le dernier avec lequel Paris maintient le vieux contrat post-colonial de protection de régime », assène Elie Tenenbaum, directeur du Centre des études de sécurité de l’Institut français des relations internationales (Ifri).

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE CENTRALE ENCORE LE TCHAD RFI ECRIT : Présidentielle au Tchad: vers un choc historique entre un président et son Premier ministre. Pour la première fois au Tchad et même en Afrique, un président en exercice, Mahamat Idriss Déby, et son Premier ministre, Succès Masra, ont tous deux été investis par leurs formations politiques comme candidats à la présidentielle du 6 mai 2024, sans que cela ait de conséquences visibles sur leur cohabitation à la tête du pouvoir de transition au Tchad. Alors qu’on s’approche du début de la campagne électorale prévue dans un mois, on se veut rassurant dans les deux camps.« Cela ne gêne personne au sein du gouvernement », assure un proche du président de transition, qui explique, « chacun connaît sa place. Celle de « pilote » pour le président de transition, et de « co-pilote » pour son Premier ministre ». Pas donc de risque de paralysie du pouvoir de transition, car « ça va être une opposition idée contre idée, entre gens civilisés », tente de rassurer la même source, qui a ajouté dans un rire : « après tout, qu’est-ce que Succès Masra va nous reprocher qu’on n’a pas fait ensemble depuis plus de trois mois ». Du côté des Transformateurs, on va dans le même sens. « Je peux comprendre que le peuple ait peur de l’inconnu », a reconnu son secrétaire général Tog-Yeum Nagorngar mais « il n’y aura pas de problème de cohabitation entre les deux hommes » a-t-il promis, car chacun « a son domaine de compétence et s’y tient »…Mais ce manque de tension apparente entre les deux têtes de l’exécutif, ou encore le fait que tout le processus électoral ait été « verrouillé » par le parti MPS en faveur de son candidat Mahamat Idriss Déby, fait dire aux gens, pointe avec ironie le politologue Evariste Ngarlem Toldé, que « les accords de Kinshasa n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets ».

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DE L’OUEST MALI RFI ECRIT : Mali: la ville de Gao totalement privée d’électricité depuis une semaine. Au Mali, les coupures d’électricité atteignent un niveau qui n’a d’égal que l’exaspération des habitants, dans tout le pays. À Bamako, un « programme de rationnement» a même été instauré, prévoyant 12 heures de coupures quotidiennes, en alternance selon les quartiers, pendant toute la période du ramadan. À Gao, la plus grande ville du nord du Mali, la population est quant à elle totalement privée d’électricité depuis tout juste une semaine. Et ce, en plein mois de jeûne des musulmans…Comme tous les Maliens, les habitants de Gao ont l’habitude des délestages. Ces derniers mois ont d’ailleurs été particulièrement rudes. Mais cette fois, les habitants ne se plaignent pas de n’avoir que trois ou quatre heures de courant par jour : ils n’en ont plus du tout depuis huit jours…La direction de [la compagnie nationale d’électricité EDM (Énergie du Mali) à Gao a d’ailleurs indiqué à des journalistes locaux que le problème était lié à une panne sur le générateur principal et que des pièces de remplacement devaient être acheminées de Bamako. Mais elles seraient extrêmement lourdes – leur poids se compte en tonnes – et la question de leur transport n’est à ce jour pas résolue. « Avant, ce genre de pièces étaient acheminées par les avions-cargo de la Minusma », se souvient une source locale. D’autant que les djihadistes du Jnim et de l’État islamique imposent depuis plusieurs mois un blocus à la ville, rendant la route reliant Gao à la capitale particulièrement dangereuse. La situation est d’ailleurs identique pour les axes reliant Gao au Niger ou à l’Algérie, ce qui suscite des difficultés d’approvisionnement et une hausse des prix.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DE L’OUEST BURKINA FASO RFI ECRIT : Burkina Faso: 500 000 personnes vivant sous blocus n’ont pas eu accès à l’aide humanitaire en 2023. Au Burkina Faso, près de 500 000 personnes vivant dans des zones sous blocus n’ont pu bénéficier ni de l’aide, ni de l’assistance humanitaire des ONG internationales présentes dans le pays en 2023, selon le Forum des Organisations non gouvernementales internationales humanitaires (Fongih). Selon ce groupement d’ONG, le manque de financement et les difficultés d’accès liées à l’insécurité ont empêché une soixantaine d’organisations d’opérer…Ce manque de financements réduit considérablement l’assistance apportée aux populations. Et pour les habitants de la quarantaine de localités sous blocus, c’est la double peine. Du fait de la présence de groupes terroristes, ils n’ont déjà plus accès à leurs terres agricoles et donc à leurs moyens de subsistance habituels. Le pont aérien effectué par un seul hélicoptère cargo n’est pas en mesure d’atteindre toutes les localités dans le besoin. De plus, le transport par avion coûte douze fois plus cher que par la route. Depuis fin 2022, le secrétariat aux affaires humanitaires des Nations unies milite pour la réouverture de corridors afin « que les humanitaires puissent transporter des marchandises par voie terrestre sans escorte militaire ». Cette option est pour l’heure rejetée par les autorités du pays, car elle induirait de facto des discussions avec les groupes terroristes présents dans ces zones.

TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE DE L’OUEST BENIN RFI ECRIT : Bénin: le nouveau code électoral approuvé par la Cour constitutionnelle. La Cour constitutionnelle du Bénin a validé ce jeudi 14 mars le code électoral modifié le 5 mars 2024 par les députés du camp Talon. Ce code avait été aussitôt attaqué devant la plus haute juridiction de l’État. Plus d’une dizaine de recours ont été adressés au juge de la constitutionnalité de la loi par l’opposition et un collectif de cinq juristes. « Le code voté est conforme à la Constitution dans toutes ses dispositions » ont tranché jeudi les sages de la Cour constitutionnelle du Bénin. Ce à quoi Eric Houndété du parti Les Démocrates a immédiatement réagi. « La décision est frauduleuse, ce n’est pas digne, c’est dommage. Ils n’ont pas lu le texte. Ils se sont empressés de donner raison à leur commanditaire […] C’est le code de la honte »…La Cour constitutionnelle dans un arrêt d’une vingtaine de pages argumente ses rejets. Les sages estiment que la liberté des parrainages n’est pas supprimée et que le seuil d’éligibilité ne viole aucune disposition. Pareil pour la création de nouveaux postes de vote par la Cena et les accords de gouvernance entre partis…Patrice Talon peut maintenant promulguer le code, les décisions de la cour sont revêtues de la force exécutoire.

JE TERMINE TOUT LE MONDE DOIT SAVOIR  BIEN AGIR EN 2024 EN AFRIQUE AUSTRALE ANGOLA RFI ECRIT : Le président angolais João Lourenço en visite en Chine pour quatre jours. Le président angolais est arrivé jeudi 14 mars en Chine pour une visite officielle de quatre jours. Journée protocolaire et officielle ce vendredi dans la capitale chinoise pour João Lourenço, avant un déplacement dans l’est du pays pour parler affaires…L’Angola reste en effet l’eldorado pétrolier pour la Chine qui représente près de 53% des exportations angolaises de pétrole brut. C’est aussi un partenaire commercial vital pour Luanda. Le commerce bilatéral entre les deux pays a dépassé 27 milliards de dollars en 2022, selon l’agence Chine Nouvelle. « L’accord sur la promotion et la protection mutuelle des investissements », signé en décembre 2023 pour les 40 ans des relations sino-angolaises, devrait permettre de relancer les investissements chinois en Angola et notamment dans la zone économique spéciale de Luanda-Bengo ou 10% des entreprises sont déjà chinoises. Les représentants de 10 compagnies publiques angolaises font partie de la délégation. Au moins deux évènements sont prévus à Pékin pour les milieux d’affaires. Le président Lourenço doit aussi se rendre dans la province orientale du Shandong qui voit défiler les hommes d’affaires russes et dont certains panneaux routiers sont traduits en cyrillique. Une province côtière réputée pour son agriculture, mais aussi pour ses industries textiles et pharmaceutiques. Le président angolais doit aussi rencontrer son homologue chinois Xi Jinping et signer une série d’accords de coopérations, selon les médias d’État chinois.

Communiquez dans la prochaine revue de presse RADIOTAMTAM AFRICA. Contactez nous pour plus d’infos : contact@radiotamtam.info ou 06 99 94 20 39. Abonnez-vous à notre chaîne youtube RadioTamTam Africa Rejoignez notre chaîne Télégram RadioTamTamédia. Téléchargez l'application RADIOTAMTAM AFRICA pour vos appareils iOS ou Android. Nos meilleurs vœux pour une journée productive. Envoyez des nouvelles, des commentaires. Rejoignez-nous, partagez avec vos proches et vos amis ! Vous cherchez plus de contenu de qualité ? Découvrez toutes l’actualité  www.radiotamtam.org la musique, la politique, la santé et plus encore ! Notre liberté c'est vous qui nous la donnez  1 abonnement = 1 soutien. La revue de presse d’aujourd’hui vous a été présentée par Félicité VINCENT et Gilles Abot à la technique. RADIOTAMTAM AFRICA la parole est une force ! Nous croyons au pouvoir de la voix, que c’est par les petits gestes que viennent les grands changements ! Diffusez votre station RadioTamTam AFRICA pour écouter plus d’histoires.

Nous reviendrons lundi avec les nouvelles dont vous avez besoin pour bien comprendre l’Afrique.  L’Afrique est à l’aube de transitions passionnantes et représente l’un des marchés les plus importants de l’avenir proche.

Il n’y a jamais eu de moment plus important pour soutenir le journalisme indépendant du monde d’Afrique, assurons ensemble l’avenir  de notre RADIOTAMTAM AFRICA. C’est payant de garder les nouvelles gratuites. Notre journalisme et nos enquêtes ont un impact réel sur le changement en Afrique. Depuis 2017, nous avons pris la décision stratégique de donner la priorité aux  Africains et de ne jamais ériger de mur payant – la vérité devrait être gratuite pour tous. Au lieu de cela, nous avons créé une communauté de membres. Vous choisissez le montant que vous pouvez vous permettre de cotiser. Nous continuons à faire du journalisme. Choisissez votre contribution. RADIOTAMTAM AFRICA est membre du réseau des stations radios partenaire de RFI et contribuer maintenant !

Et, comme toujours, n'oubliez pas que vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux ici et contribuer à faire passer le message en vous inscrivant ici. Nous apprécions votre soutien.

Investissez dans le journalisme qui est dans votre intérêt.

Nous comptons sur votre soutien pour nous assurer que les rapports indépendants et les programmes dont vous dépendez prospèrent. Il faut que nous soyons tous d’accord. Vous souhaitez vous investir, à l'année, dans notre radio ? Contactez-nous, rencontrons-nous !

 

 

 

 

Zeeman: Une bonne qualité au prix le plus bas. Zeeman: Une bonne qualité au prix le plus bas. Zeeman: Une bonne qualité au prix le plus bas. Zeeman: Une bonne qualité au prix le plus bas. Zeeman: Une bonne qualité au prix le plus bas.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article