UA-86633101-1

#Salah Abdeslam. |Les coulisses d'un procès hors norme

07 février 2018 - 43 vues

Pour juger Salah Abdeslam et Sofien Ayari à Bruxelles, les autorités belges ont déployé un imposant dispositif de sécurité. Mais en l’absence de déclarations du principal prévenu qui a choisi de se taire, le procès devrait se terminer plus tôt.

Autour du palais de justice, entre 200 et 300 policiers. Des rues bloquées par des blocs de béton et survolées par des hélicoptères. Trois contrôles de sécurité pour accéder, après une longue attente, à la salle d’audience. Où sont interdits tous les téléphones, tablettes et ordinateurs. Même les avocats qui échappent habituellement au passage sous les portiques de sécurité, sont tenus de s’y conformer.

Salah Abdeslam, seul djihadiste survivant des attentats du 13 novembre 2015, en région parisienne, et Sofien Ayari, un Tunisien de 24 ans, sont jugés à Bruxelles depuis ce lundi pour avoir participé à une fusillade, le 15 mars 2016, à Forest (commune de l’agglomération bruxelloise).

« Ce sont des mesures hors norme, explique Luc Hennart, le président du tribunal de première instance. Ce qui a rendu les choses compliquées, c’est l’intérêt suscité par ce procès, qui a été correctionnalisé. Il n’y a pas de box, comme c’est le cas pour un procès aux assises. » Surtout, l’immense palais de justice de Bruxelles, célèbre pour ses interminables travaux, comporte 3 000 portes et fenêtres.

Dos au public

Ce procès inhabituel est relayé par plus de 400 journalistes accrédités, installés dans une salle d’audience au-dessus de celle où se tient le procès. Alors que les prévenus, Salah Abdeslam et Sofien Ayari, ont refusé d’être filmés et photographiés, quelques dessinateurs de presse ont été accrédités, pratique « exceptionnelle » en Belgique, précise Luc Hennart. Mais l’audience est filmée et retransmise aux journalistes. Il est presque impossible pourtant de voir leur visage, car ils font face à la présidente, Marie-France Keutgen.

Un procès plus court que prévu

À la fin de chaque audience, le conseil de Salah Abdeslam, Me Sven Mary, a la possibilité de s’entretenir avec son client pendant dix minutes, de manière confidentielle. Une mesure inhabituelle, encore, qui s’explique par la distance entre Bruxelles et la prison française de Vendin-le-Vieil (134 km), où est détenu Abdeslam le temps du procès. À 11 h 30, la salle d’audience a donc été complètement vidée le temps de cet entretien, à l’exception de quelques policiers, qui ont dû se tenir « à distance ».

Lundi en fin de journée, le procès a été suspendu jusqu’à jeudi pour permettre à l’avocat de Salah Abdeslam, de préparer sa plaidoirie. Prévu pour durer quatre jours jusqu’à vendredi, avec relâche mercredi, il pourrait se terminer dès jeudi. Notamment en raison du silence de Salah Abdeslam. Le jugement, mis en délibéré, sera normalement rendu dans un délai d’un mois.

Ce message pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N'hésitez pas à le transférer.

L'appli RadioTamTam est disponible ! N'hésitez pas à télécharger

L'Appli RadioTamTam      RadioTamTam Google Play    

Vous possédez un iPhone ou un iPad ? Vous pouvez désormais installer l'Appli RadioTamTam disponible sur l'App Store. elle est aussi disponible sur Google Play pour les personnes qui utilisent Androïd. L'Appli RadioTamTam est le reflet de la Parole est une force ! 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article