UA-86633101-1

#Chère Lectrice, Cher Lecteur,

06 novembre 2017 - 112 vues

 

Comment utiliser le travail du cerveau pendant le sommeil ?

Ne vous trouveriez-vous pas bien privilégié si vous aviez un secrétaire très habile, qui travaillerait pour vous jour et nuit, à votre gré, et comprendrait si bien votre mentalité qu’il traduirait fidèlement la moindre de vos pensées ?

Et si vous saviez qu’en dépit de toute son habileté, il ne peut travailler ainsi que si vous avez la confiance absolue qu’il est capa­ble de le faire, ne feriez-vous pas bien attention que rien ne vienne diminuer cette confiance ?

Votre subconscient est capable de réaliser vos désirs

Eh bien, substituez à ce secrétaire votre subconscient, cette partie de vous-même qui se trouve au-dessous du seuil de votre conscience, et essayez de réaliser que ce subconscient est en réalité l’espèce de secrétaire que j’ai essayé de décrire, capable de réaliser vos désirs, et vos ambitions, d’exécuter vos desseins dans la proportion exacte de votre confiance en ses capacités, et vous aurez quelque idée de ce qu’il peut faire pour vous.

Ce secrétaire est un serviteur fidèle, qui marche à vos côtés pendant toute votre vie pour exécuter vos moindres désirs, pour vous aider à atteindre votre but. L’aide, l’encouragement, l’appui que vous donnez à cet autre vous-même contribueront à la magnificence, à la splendeur de votre destinée.

D’autre part, toute pensée négative ou vicieuse, tout égoïsme, toute passion, toute envie, tout doute ou toute crainte que vous entretiendriez à son égard affaiblirait votre secrétaire, dans la proportion exacte de leur intensité et de leur persistance. Bref, il dépend de vous que ce secrétaire soit votre plus grand aide, votre assistant et votre ami, ou votre plus grande entrave, votre pire ennemi.

Le subconscient et le conscient

Peu importe comment nous les appelons, subconscient et conscience ou intelligence subjective et intelligence objective, nous nous rendons tous compte qu’il existe en nous 2 forces constamment à l’œuvre. L’une commande et l’autre obéit. Nous savons que l’une d’entre elles, l’intelligence subjective, ne détermine pas elle-même ses actions, mais reçoit ses instructions de l’intelligence objective qui possède la force de volonté.

L’expérience nous montre que l’intelligence subjective ou subconsciente, que nous avons dépeinte comme un secrétaire personnel, est une servante qui obéit à notre volonté, réalise nos désirs, et enregistre dans notre cerveau non seulement chacune de nos pensées, de nos paroles et de nos actions, mais tout ce que nous voyons et tout ce que nous entendons dire aux autres.

Notre subconscient emmagasine tout ce qui nous arrive

Coleridge raconte un cas remarquable prouvant la vérité de ce que nous avançons. Une jeune domestique allemande tomba malade de la fièvre, et dans son délire elle récita correctement de longs passages d’auteurs célèbres, en latin, en grec et en hébreu. Des étudiants furent invités à venir entendre cette jeune fille ignorante parlant couramment des langues dont elle n’avait pas la moindre connaissance dans ses moments conscients, afin de dire ce qu’ils en pensaient. Ils furent très étonnés et intrigués, mais ne purent donner aucune explication du fait.

Plus tard, cependant, le miracle fut expliqué. Quelques années auparavant, la jeune fille avait vécu dans la famille d’un ministre, où elle avait l’habitude d’entendre son maître réciter à haute voix des fragments d’œuvres classiques. Elle avait écouté attentivement, et son intelligence subconsciente avait fidèlement gravé chaque mot dans son cerveau, qui reproduisit ce qu’elle avait entendu, pendant que l’intelligence objective était en repos.

De nombreux cas pourraient être cités pour prouver que notre subconscient emmagasine tout ce qui nous arrive. Chaque pensée, chaque expérience, tout ce qui passe devant nos yeux, tout ce que nous entendons ou sentons, est enregistré exactement dans notre cerveau par notre intelligence subconsciente.

Faites travailler votre subconscient même la nuit

Maintenant, si cet autre nous-même, ce secrétaire personnel, cette intelligence subconsciente, ou de quelque autre nom que nous le nommions, a une telle puissance, pourquoi ne serait-il pas dressé à travailler pour nous quand nous dormons, tout aussi bien que pendant que nous sommes éveillés ?

Avez-vous jamais pensé à la possibilité d’un développement spirituel et mental pendant le sommeil ? Ne vous est-il jamais venu à l’esprit que, tandis que les processus de réparation et de reconstruction s’opèrent normalement dans le corps, l’intelligence peut aussi se développer, que l’âme aussi bien que le corps peut grandir et croître ?

“Quand les fonctions qui dépendent de notre corps et de notre volonté sont suspendues pendant le repos du sommeil, le Seigneur opère”, disait Swedenborg. Le grand philosophe suédois croyait fermement à l’activité de “l’autre nous-même” pendant le sommeil. Il déclarait que sa “vision spirituelle” était ouverte pendant les heures inconscientes de la nuit.

La Bible abonde en illustrations de l’activité du subconscient pendant le sommeil. Des avertissements ou des ordres sont donnés, des visions sont entrevues, des plans sont élaborés, des anges viennent converser avec des hommes, des manières de faire sont conseillées, et chaque suggestion faite à l’âme dans l’état de rêve est littéralement réalisée dans les heures de veille.

Pendant que le conscient se repose, le subconscient s’active

Les théosophes croient que pendant le sommeil l’âme ou l’esprit agit indépendamment du corps, qu’il quitte même le corps et s’en va, dans la nuit, accomplir les tâches fixées par le Créateur.

En réalité, peu de personnes réalisent l’immense somme de travail qui s’accomplit automatiquement dans le corps sous la direction du subconscient. Si le cerveau et le système nerveux tout entier dormaient pendant la nuit, toutes les fonctions corporelles seraient suspendues. Le cœur cesserait de battre, l’estomac, le foie, les reins et les autres glandes cesseraient d’agir, les processus de digestion s’arrête­raient, tous les organes physiques suspendraient leur travail, et nous cesserions de respirer.

Un des plus profonds mystères relatifs aux processus de la Nature est celui qui consiste à placer une partie du cerveau et du système nerveux, et la plupart de nos facultés mentales qui ont travaillé pendant le jour, sous l’influence du sommeil qui les anesthésie pendant qu’elle répare et renouvelle chaque cellule et chaque tissu, tout en maintenant en même temps en activité une grande partie des processus corporels, et même certaines de nos facultés mentales et créatrices. Celles-ci sont éveillées et alertes pendant que le dormeur est dans un état d’inconscience.

Il est probable que la plupart d’entre nous ont fait l’expérience de s’endormir, le soir, découragés parce qu’ils ne parvenait pas à résoudre tel problème d’une façon satisfaisante. C’était peut-être, au temps de la jeunesse, un problème de mathématiques, ou plus tard dans la maturité, un problème plus angoissant, posé par les affaires ou la vie, et voici, au matin, sans aucun effort conscient de notre part, le problème se trouvait résolu ; toutes les complications avaient disparu, et ce qui nous embarrassait si fort le soir précédent, nous était parfaitement clair le matin, à notre réveil.

Le subconscient peut résoudre vos problèmes pendant votre sommeil

Notre être conscient, objectif, n’avait pas pénétré dans le mystérieux laboratoire où le miracle s’était accompli. Tout ce que nous savions, c’est qu’il s’était accompli quelque part, sans que nous le sachions, pendant que nous dormions.

Plusieurs des découvertes ou des inventions les plus importantes ont été faites par l’intelligence subconsciente, pendant le sommeil. Plus d’un inventeur qui s’était couché découragé et troublé parce qu’il ne pouvait pas établir le lien entre ses théories et leur application pratique, s’éveilla le matin avec la solution parfaitement juste de son problème.

Des mathématiciens et des astronomes ont obtenu de merveilleux résultats pendant leur sommeil, des réponses aux questions qui les avaient embarrassés outre mesure pendant la journée. Les écrivains, les poètes, les peintres, tous ont reçu l’inspiration de leurs œuvres pendant que leur corps dormait.

On a essayé d’expliquer ces choses en attribuant le phénomène apparent au simple fait que le cerveau se rafraîchit et se renouvelle pendant la nuit, et que, par conséquent, nous pouvons penser plus clairement au matin. Ceci est vrai, mais il y a quelque chose de plus, car nous savons que des idées sont suggérées et des problèmes résolus d’une manière qui ne s’était jamais présentée à l’esprit éveillé.

La plupart d’entre nous ont fait des expériences qui leur ont prouvé qu’il existe quelque grand principe, quelque puissante intelligence résidant dans la chair, mais n’en faisant pas partie, qui agit continuellement dans notre vie et nous aide à résoudre nos problèmes.

L’expérience de Louis Agassiz

Un cas de cette espèce, très intéressant, nous est fourni par la biographie du grand savant Louis Agassiz.

“Mon mari, écrit sa veuve, avait lutté pendant 2 semaines pour déchiffrer l’empreinte, quelque peu obscure, d’un poisson fossile sur le morceau de pierre dans lequel il s’était incrusté. Fatigué et perplexe, il finit par abandonner son travail, et essaya de s’en dépréoccuper complètement. Peu de temps après, il s’éveilla, une nuit, persuadé que tandis qu’il dormait il avait vu son poisson, avec tous les traits qui manquaient parfaitement rétablis.

“Mais quand il essaya de retenir et de fixer cette image, elle lui échappa. Néanmoins, il se rendit de bonne heure au jardin des plantes, pensant qu’en regardant de nouveau le fossile il remarquerait quelque chose qui le remettrait sur la trace de sa vision. Mais ce fut en vain.

“La nuit suivante, il vit de nouveau le poisson, mais sans résultats plus satisfaisants, car lorsqu’il se réveilla, l’image disparut de sa mémoire comme auparavant. Espérant que la même expérience se répéterait la troisième nuit, il plaça un crayon et une feuille de papier près de son lit avant de se coucher.”

“Effectivement, vers le matin le poisson lui réapparut en rêve, confusément d’abord, mais ensuite si distinctement qu’il n’eut plus aucun doute sur ses caractéristiques zoologiques. Toujours à moitié endormi, dans l’obscurité la plus complète, il traça ses caractères sur le papier placé près de son lit. Au matin, il fut surpris de trouver dans son esquisse nocturne des traits qu’il n’aurait pas cru appartenir à ce fossile. Il se rendit en hâte au Jardin des Plantes et s’aidant de son dessin comme guide, il réussit à enlever la surface de la pierre sous laquelle certaines parties du poisson étaient cachées.

“Quand le fossile fut complètement dégagé, il correspondait parfaitement à son rêve et à son dessin, et Agassiz put le classer facilement.”

Les somnambules

Nous sommes tous habitués aux faits merveilleux accomplis par les somnambules. Ils savent se lever et s’habiller tout à fait endormis, ouvrir et fermer les portes, sortir et se promener dans les endroits dangereux où ils n’oseraient pas s’aventurer lorsqu’ils sont éveillés.

On en a vu se promener, d’un pas absolument sûr, sur le faîte des toits, tout au bord d’un fleuve ou d’un précipice, dans des endroits où le moindre faux mouvement les précipiterait dans la mort.

Ils peuvent parler, écrire, agir, et se mouvoir, comme s’ils étaient entièrement conscients de ce qu’ils font. Un somnambule répond aux questions qu’on lui pose pendant qu’il dort ; il peut même soutenir la conversation.

Les personnes hypnotisées

À cet égard, l’état du marcheur endormi ressemble à celui d’une personne en transe hypnotique. On peut la toucher ; elle demeure entièrement inconsciente.

Les opérations chirurgicales ont pu être faites sur une personne hypnotisée sans l’aide des anesthésiques, et sans aucun doute on pourrait agir de même quand le sommeil serait assez profond.

L’intelligence subjective est beaucoup plus sensible à la suggestion quand l’intelligence objective est inconsciente, aucune résistance ne s’opposant aux influences extérieures.

Que nous soyons à la veille de découvrir le moyen de traiter les maladies pendant le sommeil, cela ne fait aucun doute. On pourra aussi de cette façon transformer les habitudes, fortifier les facultés insuffisantes, déraciner les idiosyncrasies, neutraliser les mauvaises tendances héréditaires, développer l’intelligence et accroître l’habileté.

La puissance de l’intelligence subjective sur le corps est prouvée par le fait que des pensées suggérées à une personne hypnotisée peuvent affecter matériellement la circulation du sang. Elles peuvent l’envoyer à volonté dans n’importe quelle partie du corps.

L’hypnotiseur peut faire rougir ou pâlir son sujet, faire exprimer à son visage une violente colère, ou un amour suppliant. Il peut produire à volonté l’anesthésie d’une partie du corps, de façon qu’on puisse la piquer avec une aiguille ou un couteau sans que le sujet ressente la moindre douleur.

Il peut, de même, tellement impressionner l’intelligence de la personne endormie, qu’il lui fait croire que l’eau qu’elle boit est de la liqueur, au point qu’elle en vient à présenter tous les symptômes extérieurs de l’ébriété. Il peut lui faire croire que la cuillerée d’eau qu’elle absorbe est empoisonnée, et lui faire manifester immédiatement tous les symptômes de l’empoisonnement.

Tout est enregistré par notre subconscient

Non seulement l’intelligence subjective est capable de transmettre des ordres, comme nous l’avons démontré, mais chaque impression faite sur elle est indélébile. Combien souvent nous disons, quand nous ne pouvons nous souvenir d’un nom qui nous est bien connu, ou des détails d’un événement important : “Je ne puis m’en souvenir maintenant, mais cela me reviendra plus tard.”

Et les détails oubliés reviennent clairement à notre mémoire, alors que nous n’y pensons plus. Combien souvent nous fatiguons notre cerveau, la nuit, pour nous remémorer quelque chose qui nous vient tout naturellement à l’esprit quand nous nous réveillons le matin.

Nous commençons à comprendre que toutes nos expériences de la journée, toutes nos pensées, nos émotions et nos attitudes mentales, la multitude de petites choses qui semblent ne nous faire qu’une impression fugitive ne sont en réalité pas perdues.

Chaque journée se photographie dans notre cerveau et ses empreintes ne sont jamais effacées, ni détruites. Elles descendent simplement dans le subconscient où elles restent toujours prêtes à répondre à l’appel. Parfois, plusieurs années après leur introduction dans le subconscient, elles se reproduisent avec leur vivacité première.

Le banquier a retrouvé sa clef grâce à l’aide de son subconscient

J’ai entendu parler d’un grand banquier qui avait perdu la seule clef ouvrant les trésors de la banque. Il déclara qu’elle n’avait pu être perdue, mais qu’elle devait avoir été volée, et des soupçons planèrent sur tous les employés.

Un habile détective fut placé dans la banque, et, après avoir surveillé et questionné tous les employés, il se con­vainquit que seul le banquier connaissait cette clef.

Chaque détective est nécessairement un liseur de pensées, et celui-ci convaincu de la sûreté de ses constatations, suggéra un plan très simple pour retrouver la clef. Il dit au banquier de cesser tout à fait de soupçonner ses employés, de se tranquilliser l’esprit, et de se coucher avec la pensée qu’il avait lui-même posé la clef quelque part, et qu’il saurait où, lorsqu’il s’éveillerait. “Si vous faites cela, dit-il, je crois que le mystère sera éclairci.”

Le banquier fit ce que lui suggérait le détective, et en se levant le matin suivant, il se dirigea instinctivement vers un certain endroit, caché, où il trouva la clef. Il ne se souvenait pas de l’avoir posée là, mais après avoir réfléchi, il eut un vague souvenir de s’être rendu à cette place.

L’intelligence consciente du banquier était probablement occupée d’autre chose quand il avait posé la clef. Son subconscient seul enregistrait ce qu’il faisait. Puis, lorsqu’il s’était aperçu de la disparition de la clef, son angoisse, son inquiétude, ses soupçons, son trouble avaient empêché son subconscient de lui révéler le secret. Mais après que son esprit eut retrouvé son équilibre et se fut remis à l’unisson avec son subconscient, l’information put lui être transmise.

Le docteur anglais Hack Tuke, une autorité en la matière, dit : “La mémoire, délivrée de toute distraction comme elle l’est parfois, est assez vive pour rendre le dormeur capable de se souvenir d’événements survenus plusieurs années auparavant et qu’il avait totalement oubliés.”

Profitez de votre sommeil pour fortifier vos pouvoirs et vos possibilités

Maintenant, si, comme nous l’avons vu, le subconscient peut accomplir un vrai travail et nous rendre de réels services, pourquoi ne l’emploierions nous pas tout spécialement pendant le sommeil ? Pourquoi ne profiterions-nous pas de cette grande force créatrice pour fortifier nos pouvoirs et nos possibilités, pour prolonger virtuellement nos journées, notre vie ?

Pensez à ce que nous obtiendrions si nous pouvions maintenir ces fonctions créatrices, qui ne dorment jamais, dans de telles conditions que pendant la nuit, elles résoudraient nos problèmes, débrouilleraient nos difficultés, exécuteraient nos plans ?

Nous avons déjà des preuves suffisantes de leur travail constructif, mais le témoignage du docteur Tuke, sur ce point, est plein d’intérêt. “Que l’exercice de la pensée continue pendant le sommeil, on n’en peut douter, écrit-il ; des arguments sont employés dans une discussion qui ne sont pas toujours illogiques. Nous avons rêvé une nuit, après une conversation animée avec un ami, sur le spiritualisme, que nous établissions un certain nombre d’expériences probantes s’y rapportant.

Le cerveau travaille jour et nuit

À notre réveil, la nature de ces tests se présentait vivement à notre mémoire. Ils ne manquaient aucunement de mérite, et prouvaient que les opérations mentales s’étaient produites en bonne forme.”

Il est maintenant établi, sans contestation, que certaines parties du cerveau continuent leur activité, la nuit, pendant que les autres sont sous l’anesthésique du sommeil. Mais nous avons à peine commencé à réaliser quelle puissante alliée cette activité pourrait être pour notre développement mental.

Il est bien connu que la majeure partie de la croissance de l’enfant, croissance de son squelette, de ses muscles, de ses nerfs et de tous les différents tissus de son corps, s’opèrent pendant le sommeil, et qu’elle est comparativement faible pendant l’activité du jour.

Il est moins bien connu que notre intelligence se développe aussi, pendant la nuit, le long des lignes de notre idéal, des pensées et des émotions que nous avons éprouvées avant de nous coucher.

“Toutes les analogies tentent à prouver que l’intelligence est toujours éveillée, dit M. Jouffroy. Pendant le sommeil, l’intelligence n’est pas plongée dans un état spécial, mais elle continue à se développer, absolument comme dans les heures de veille.”

Chaque matin, vous vous réveillez différent de ce que vous étiez la veille

En réalité, nous ne nous éveillons jamais tout à fait pareils à ce que nous étions quand nous nous sommes endormis. Nous sommes ou meilleurs ou pires. Nous avons changé pendant que nous dormions. Tandis que nos sens sont engourdis par le sommeil, l’intelligence subjective est active ; elle construit ou démolit.

Je crois fermement qu’en dirigeant intelligemment, systématiquement cette faculté du cerveau toujours en éveil, nous pouvons l’utiliser selon nos désirs.

Pour le moment, la plupart des gens en ne se plaçant pas, avant de s’endormir, dans les conditions nécessaires, non seulement n’usent pas intelligemment de ce merveilleux agent créateur, mais détruisent toute possibilité de bénéficier de son action.

Il est aussi nécessaire de préparer l’intelligence pour le sommeil, qu’il l’est d’y préparer le corps. Le chapitre suivant offrira quelques indications sur ce point.

---------------------------------------

Ce message pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N'hésitez pas à le transférer.

#APPLI RADIOTAMTAM EST DÉSORMAIS DISPONIBLE

L'appli RadioTamTam est disponible ! N'hésitez pas à télécharger

 

L'Appli RadioTamTam      RadioTamTam Google Play    

Vous possédez un iPhone ou un iPad ? Vous pouvez désormais installer l'Appli RadioTamTam disponible sur l'App Store. elle est aussi disponible sur Google Play pour les personnes qui utilisent Androïd. L'Appli RadioTamTam est le reflet de la Parole est une force !    

 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article