AFRIQUE 2050 : Le sort de Bamako est entre les mains de qui ?

16 septembre 2020 à 00h49 - 179 vues

Par RadioTamTam

Les putschistes militaires maliens doivent céder immédiatement le pouvoir à un gouvernement civil de transition, a déclaré mardi le président du bloc régional ouest-africain, alors que le délai expirait pour que la junte au pouvoir nomme des dirigeants par intérim.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), composée de 15 membres, a imposé des sanctions économiques après le renversement du président Ibrahim Boubacar Keita le 18 août, et a déclaré qu'un nouveau président devrait être nommé d'ici le 15 septembre. Mais la junte a fait adopter une charte au cours du week-end qui stipule que le président par intérim peut être un soldat ou un civil et n'a pas encore indiqué quand le nouveau gouvernement serait nommé.

Les présidents régionaux ont rencontré les dirigeants de la junte mardi au Ghana pour tenter d'accélérer la transition. «Aujourd'hui est censé être le jour où la junte doit mettre en place un gouvernement, qui devrait répondre aux critères que nous avons définis en août. Cela n'a pas été atteint », a déclaré la présidente du Ghana Nana Akufo-Addo, présidente par intérim de la CEDEAO, avant le début des pourparlers. Les dirigeants régionaux craignent que le coup d'État ne crée un dangereux précédent en Afrique de l'Ouest et sape une lutte au Mali et dans les pays voisins de la région du Sahel contre les militants islamistes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique.

SOURCE: REUTERS AFRIQUE

mondmaskbts

Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, est si précieuse pour notre avenir. Soutenez-nous dès aujourd'hui. Soutenez le journalisme indépendant.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article